Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Savoir tout sur tout

Savoir tout sur tout

Découvrir.


La Chine

Publié par Christou sur 6 Juin 2014, 02:52am

Catégories : #Histoire

Drapeau de Chine

Drapeau de Chine

La Chine est un pays d'Asie de l'Est, dont deux Etats contemporains prétendent actuellement détenir la souverainetés: La République populaire de Chine qui contrôle   99,6 % de son territoire et la République de Chine, qui contrôle essentiellement Taïwan. La Chine s'étend des côtes de l'océan Pacifique au Pamir et aux Tian Shan, et du désert de Gobi à l'Himalaya et aux confins de la péninsule indochinoise, couvrant 9 677 009 kilomètres carrés. Sa population de plus de 1 350 millions d'habitants (plus de 1 330 millions estimés pour la RPC en 2010, et plus de 20 millions pour la République de Chine) est la première au monde ; elle représente un peu moins du cinquième de la population mondiale. La densité de population  de la Chine est de 139,5 hab/km2.

La Chine, longtemps une civilisation très avancée, a été et reste le foyer de nombreuses innovations dans les domaines des sciences et des arts. Elle est à l'origine de Nombreuses inventions majeures telles la boussole, le papier, le billet de banque , les pâtes alimentaires ou la poudre à canon. La civilisation chinoise a fortement imprégné toute l'Asie de l'Est, notamment aux niveaux religieux (confucianisme et taoïsme) et linguistique (les sinogrammes  ont été utilisés dans toute la région et de nombreux mots chinois sont présents dans les langues qui y sont parlées).

La civilisation chinoise, qui perdure depuis près de 5 mille ans, est l'une des plus anciennes civilisation au monde, et est parfois citée comme la plus ancienne continue. Elle trouve son origine dans la vallée de Huang He puis s'est étendue vers le sud (conquête des territoires au sud du Yangzi Jiang dès la dynastie Han), vers l'ouest (premières incursions en Asie Centrale sous Les Han, extension temporaire jusqu'à la mer Caspienne sous les Tang, conquête du Xinjiang et du Tibet sous les Qinq) et vers le nord (la dynastie Qinq, d'origine mandchoue apporta à la Chine la Mandchourie et la Mongolie).  Au cours de son histoire la Chine a été à plusieurs reprises divisée puis réunifiée; elle a été par deux fois entièrement conquise par des étrangers  (par les Mongols au XIII ème siècle et par les Mandchous au XVII ème siècle), bien que ceux-ci aient fini par adopter les coutumes et le système administratif chinois pour gouverner l'empire. La dernière dynastie impériale, les Qing (la dynastie d'origine mandchoue qui régnait sur le pays depuis 1644), a connu une période de déclin la plase d'expansion coloniale des pays occidentaux, menant le pays de défaite en défaite à partir des guerres de l'opium. C'est seulement après la victoire contre l'armée japonaise en 1945 que la Chine a pu se libérer des interventions étrangères.

Politiquement, deux Etats prétendent détenir aujourd'hui la souveraineté sur la Chine. La République populaire de Chine, couramment appelée : "Chine", regroupe plus de 98 % de la population et 99.6 % de la superficie totale ; elle fut fondée par le dirigeant communiste Mao Zedong en 1949 à Pékin. Elle comprend la Chine continentale, Hong Kong et Macao. Aujourd'hui, son développement économique, engagé en 1978 par les réformes de Deng Xiaoping est ses successeurs, en fait un des principaux acteurs économiques et géopolitiques mondiaux, symbolisé par le géant pétrolier PertoChina, devenu première capitalisation boursière mondiale.

La république de Chine, couramment appelée "Taïwan", représente moins de 2 % de la population et 0.4 % de la superficie totale; son gouvernement a longtemps été mené par le dirigeant nationaliste Tchang Kaï-Chek et est établi sur l'île de Taïwan depuis la victoire des communistes Chnois. La "première" République de Chine de l'empire Chinois de la dynastie Qing.

 

Situation actuelle

 

En 2010, la Chine est la 2e puissance économique mondiale derrière les États-Unis et devant le Japon29, et le premier exportateur mondial devant l'Allemagne. Exprimé en parité de pouvoir d'achat, la Chine est la deuxième puissance économique mondiale, derrière les États-Unis. Taiwan pour sa part est la 24e puissance économique mondiale (mais la 19e si on raisonne en parité de pouvoir d'achat).

La Chine et Taiwan sont membres de l'Organisation mondiale du commerce depuis respectivement 2001 et 2002, leur permettant de profiter pleinement des opportunités offertes par la mondialisation de l'économie. La Chine cherche d'ailleurs à gérer son insertion dans l'OMC au mieux de ses propres intérêts, et la transparence et l'évolution de sa législation sont surveillées de près par les États-Unis et l'Union européenne31.

Le développement économique actuel de la Chine est l'un des plus rapides du monde, puisque l'on y enregistre une croissance dont la moyenne, depuis près de vingt ans, se situe aux alentours de dix pour cent par an, à peine érodée par la crise de 2008. Cette croissance lui a permis d'accumuler la plus confortable réserve de devises de tous les temps: 2 200 milliards d'euros selon la Banque populaire de Chine. De quoi lui permettre de jouer le rôle de banquiers du monde, notamment en prêtant de l'argent aux grandes puissances pour financer leurs déficits. Entre 1980 et 2007, le PIB a été multiplié par 12,732. Cette croissance est essentiellement tirée par les investissements et les exportations. La Chine est aujourd'hui le premier exportateur mondial, avec un montant des exportations de1 435 milliards $ en 2008. L’essentiel de ce commerce se fait avec l'Union européenne (20,4 %), les États-Unis (17,7 %), Hong Kong(13,4 %) et le Japon (8,1 %). Les points forts des exportations chinoises sont le textile, les tracteurs, les montres et les jouets (85 % du marché mondial), les appareils photographiques et les ordinateurs portables (55 % du marché), les téléviseurs et les machines à laver(30 %), 15 % pour l'acier33.

La Chine possède également les plus importantes réserves de métaux rares au monde et dont l’utilisation principale est précisée ci-après entre parenthèses : 95 % des terres rares (nanotechnologie), 87 % de l’antimoine (semi-conducteur), 84 % du tungstène (semi-conducteur), 83 % du gallium (photovoltaïque), 79 % du germanium (fibre optique), 60 % de l’indium (photovoltaïque) et 51 % de lafluorine (métallurgie). L’usage croissant de ces métaux dans les nouvelles technologies et l’industrie, face à une production concentrée et limitée, laisse craindre des risques de pénuries à plus ou moins long terme34.

La Chine est en train d'investir près de quinze milliards d'euros pour construire un oléoduc et un gazoduc (de 2 380 et 2 800 kilomètres de long) afin d'acheminer le pétrole et le gaz du golfe du Bengale, jusqu'à Kunming dans le Yunnan, via le port de Kyaukpyu35.

La présence des entreprises étrangères sur le sol chinois est en grande partie à l'origine de la forte accélération de la croissance des exportations. Elles ont attiré la main-d'œuvre qualifiée dans les zones côtières où elles se sont implantées. Seulement 41 % des exportations chinoises proviennent d'entreprises intégralement chinoises. Aujourd'hui, 39 % des exportations en provenance de Chine sont réalisées par des entreprises dont le capital est à cent pour cent étranger et 20 % sont le fait de partenariat entre les sociétés étrangères et les sociétés chinoises36. La Chine continentale entretient son attractivité pour les entreprises avec une main-d'œuvre bon marché et docile. Un ouvrier non qualifié en Chine coûte environ un dollar américain par heure, ce qui est bien en dessous des minima des pays industrialisés. De plus, il faut ajouter que le pays possède la plus grande force de travail au monde avec 813.5 millions de travailleurs disponibles37.

Un autre aspect de l'économie chinoise à relever : les bas prix d'éléments non issus de la force de travail. Cela est dû en partie à l'existence du contrôle des prix et de la garantie des sources d'approvisionnement hérités de la précédente économie de type soviétique : les entreprises d'État continuant à être démantelées et leurs ouvriers renvoyés dans des secteurs de compétitivité accrus, l'effet déflationniste induit continue à mettre la pression sur les prix pratiqués au sein de l'économie.

Voici les chiffres représentés par les différents secteurs économiques[réf. souhaitée] :

  • agriculture: 39,5 %.

  • industrie: 27,2 % ; en 2010, la Chine a vendu 18 millions de voitures et est devenue le premier marché mondial de l'automobile.

  • services: 33,2 % (estimation 2008).

La Chine est devenue en quelques années le premier producteur d'énergie solaire au monde, le deuxième pour l'énergie éolienne et prévoit d'atteindre 15 % d'énergies renouvelables d'ici à 202038.

En 2010, la Chine est devenue la seconde puissance mondiale : le PIB de la Chine s'est élevé à 5 878,6 milliards de dollars en 2010, contre 5472 milliards au Japon39.

Pour devenir numéro un, la Chine ne doit plus être l'« usine du monde » qui fonde sa prospérité sur la survente de produits à bas prix. L'Union européenne et les États-Unis, ses premiers clients, s'enfoncent en effet dans la crise et achètent moins, alors que le salaire minimal chinois, lui, a explosé. En 2010, il a progressé de 24 %. Pékin sait que ses tarifs ne seront bientôt plus compétitifs, sauf à abandonner la fabrication de gadgets et se tourner vers celle de produits plus sophistiqués (avions, trains…). Il lui faut répondre aux attentes d'un marché intérieur qui aspire désormais au même confort qu'à l'Ouest. « Sortir des frontières » signifie donc désormais acheter les plus beaux fleurons du savoir-faire occidental. En 2005, Lenovo, le fabriquant chinois d'ordinateurs, a ouvert le bal en se payant la division « matériel informatique » d'IBM. Début 2011, le groupe de luxe Tesiros'est offert le Château Laulan Ducos, un cru bourgeois du vignoble du Médoc. En mars de la même année, Avic, le premier constructeur aéronautique chinois, a acheté Cirrus, leader américain des petits avions privés. En août 2011, la Chine a mis à flot le Shi Lang, son premier porte-avions, un symbole par excellence des grandes puissances.

L'économie chinoise a besoin de voies de communication fluides. Oléoducs, gazoducs et routes viennent peu à peu désenclaver le sud et l'ouest du pays en le reliant directement à ses partenaires, du golfe Persique jusqu'à la Thaïlande. Les Chinois doivent se défaire de leur dépendance envers le détroit de Malacca (par où transite l'essentiel de leurs approvisionnements), et désenclaver l'ouest de leur pays.

La Chine deviendra la 1re puissance mondiale en 2016 d'après l'OCDE.

Les États-Unis perdront leur place de première puissance mondiale, dépassés par la Chine en 2016 (étude OCDE). Dans son rapport, publié le vendredi 9 novembre 2012, sur la croissance mondiale à l'horizon 2060, l'OCDE table sur une croissance de l'économie mondiale de 3 % par an en moyenne, avec des différences marquées entre les économies de marché émergentes et celles des pays avancés. L'équilibre de la puissance économique va fortement basculer au cours des 50 prochaines années, selon l'organisation regroupant les pays les plus riches de la planète. Les États-Unis devraient céder leur place de première économie du monde à la Chine, dès 2016, précise l'organisation. Puis lePIB de l'Inde devrait à son tour dépasser celui des États-Unis sur le long terme.

En 2013, la croissance en Chine a atteint 7,7% 40.

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents